La Réunion
Sandrine BENIZRI CANAL
Fondatrice Psychologue du travail & Psychothérapeute, St-Gilles-Les-Bains

Il faut aller à la rencontre de ses rêves

Portrait complet de Sandrine BENIZRI CANAL

  La Réunion
Sandrine BENIZRI CANAL
Fondatrice Psychologue du travail & PsychothérapeuteSt-Gilles-Les-Bains

Il faut aller à la rencontre de ses rêves

C’est un mantra qui ne l’a jamais quittée. Donner du sens à ce qu’elle entreprend.

Sans diplôme, Sandrine Benizri Canal est jeune quand elle affronte le marché du travail pour la première fois. Des petits boulots. Puis une rencontre, et surtout une preuve de confiance, la mettent sur le chemin du conseil en formation. Un poste qu’elle occupe sept ans durant au sein d’un organisme de formation. Sandrine vainc même sa peur et s’octroie un soupçon d’estime en entrant à l’université pour acquérir les concepts théoriques de l’Ingénierie de la formation pour adultes. Un déclic. Voilà qu’elle se plaît à apprendre et s’entête d’un défi fou : étudier pendant six ans pour devenir psychologue.

 

Quel est le sens de votre activité ? Pourquoi la menez-vous ?

Je suis psychologue du travail et des risques psychosociaux, puis psychothérapeute et instructrice en méditation pleine conscience (MBCT). Quand je ne reçois pas en consultation individuelle, enfants, adolescents et adultes, je dispense des formations en lien avec le monde du travail et je co-anime le protocole médical MBCT avec un médecin psychothérapeute. Enfin, je suis régulièrement en entreprise pour des permanences psychologiques.

Je suis heureuse d’exercer ce métier car il a été choisi, désiré. Il y a de belles rencontres où la résonance des cœurs opère, où la co-construction thérapeutique s’installe pour créer des moments d’échange dans l’écoute active et la bienveillance.

 

Racontez-nous le(s) déclic(s) qui vous a/ont poussée à entreprendre et les conseils que vous distilleriez à celles qui n’osent pas encore franchir le cap ?

 

Le déclic le plus important a été le refus d’avoir des regrets et le désir de me réaliser.  Pour avancer dans un projet, je conseille d’adopter la technique « des petits pas », y croire, être à l’écoute de ses besoins pour traiter les peurs qui encombrent, qui empêchent … Être curieuse, poser des questions, demander de l’aide, aller à la rencontre de ses rêves, de qui l’on est pour réveiller les potentiels en sommeil.

 

Au quotidien, quelles sont vos astuces pour perdurer et affronter les défis ? Comment le réseau Femmes des Territoires est-il un outil supplémentaire ?

 

Durant mes études, j’ai voulu abandonner une fois, peut-être deux, puis la motivation, les raisons pour lesquelles je voulais atteindre cet objectif, les encouragements de l’entourage (très important) et le désir profond de vouloir exercer ce métier m’ont amenée à poursuivre au prix de nombreux sacrifices. Aujourd’hui, le sport participe à mon équilibre, il me permet d’évacuer les souffrances qui ne sont pas les miennes. Je peux ainsi être dans l’accueil et l’écoute.

Le partage de compétences est un acte social important dans notre société, il pourrait permettre d’aider ceux qui n’ont pas beaucoup de revenus et ils sont nombreux.

C’est un mantra qui ne l’a jamais quittée. Donner du sens à ce qu’elle entreprend. Sans diplôme, Sandrine Benizri Canal est jeune quand elle affronte le marché du travail pour la première fois. Des petits boulots. Puis une rencontre, et surtout une preuve de confiance, la mettent sur le chemin du conseil en formation. Un poste qu’elle occupe sept ans durant au sein d’un organisme de formation. Sandrine vainc même sa peur et s’octroie un soupçon d’estime en entrant à l’université pour acquérir les concepts théoriques de l’Ingénierie de la formation pour adultes. Un déclic. Voilà qu’elle se plaît à apprendre et s’entête d’un défi fou : étudier pendant six ans pour devenir psychologue.

 

Quel est le sens de votre activité ? Pourquoi la menez-vous ?

Je suis psychologue du travail et des risques psychosociaux, puis psychothérapeute et instructrice en méditation pleine conscience (MBCT). Quand je ne reçois pas en consultation individuelle, enfants, adolescents et adultes, je dispense des formations en lien avec le monde du travail et je co-anime le protocole médical MBCT avec un médecin psychothérapeute. Enfin, je suis régulièrement en entreprise pour des permanences psychologiques.

 

Je suis heureuse d’exercer ce métier car il a été choisi, désiré. Il y a de belles rencontres où la résonance des cœurs opère, où la co-construction thérapeutique s’installe pour créer des moments d’échange dans l’écoute active et la bienveillance.

 

Racontez-nous le(s) déclic(s) qui vous a/ont poussée à entreprendre et les conseils que vous distilleriez à celles qui n’osent pas encore franchir le cap ?

 

Le déclic le plus important a été le refus d’avoir des regrets et le désir de me réaliser.  Pour avancer dans un projet, je conseille d’adopter la technique « des petits pas », y croire, être à l’écoute de ses besoins pour traiter les peurs qui encombrent, qui empêchent … Être curieuse, poser des questions, demander de l’aide, aller à la rencontre de ses rêves, de qui l’on est pour réveiller les potentiels en sommeil.

 

Au quotidien, quelles sont vos astuces pour perdurer et affronter les défis ? Comment le réseau Femmes des Territoires est-il un outil supplémentaire ?

 

Durant mes études, j’ai voulu abandonner une fois, peut-être deux, puis la motivation, les raisons pour lesquelles je voulais atteindre cet objectif, les encouragements de l’entourage (très important) et le désir profond de vouloir exercer ce métier m’ont amenée à poursuivre au prix de nombreux sacrifices. Aujourd’hui, le sport participe à mon équilibre, il me permet d’évacuer les souffrances qui ne sont pas les miennes. Je peux ainsi être dans l’accueil et l’écoute.

Le partage de compétences est un acte social important dans notre société, il pourrait permettre d’aider ceux qui n’ont pas beaucoup de revenus et ils sont nombreux.


Contacter et suivre Sandrine BENIZRI CANAL

Mail : canalsandrine@yahoo.fr

Un portrait rédigé par Léonie Place
Photo-Femmes-Des-Territoires-
Révélez l’entrepreneure qui est en vous !
Je m'inscris

Découvrir d'autres témoignages

 Hauts-de-France

Aurélie Vansteene

Fondatrice de Session Malt

Rosult

Je fais rimer confinement et développement

 Pays-de-la-Loire

Frédérique Godet

Autrice de Mes règles à moi !

L'aiguillon-sur-vie

Expliquer les premières règles peut être, pour certains, père comme mère, ou adulte référent, un moment délicat.

Photo-Carlie-COPOL
 Guadeloupe

Carlie COPOL

Fondatrice de My Otantik Travel

Pointe à Pitre

Il n'y a pas d'échec, tout est expérience.

 Hauts-de-France

Aurélie Vansteene

Fondatrice de Session Malt

Rosult

Je fais rimer confinement et développement

Voir ce témoignage
 Pays-de-la-Loire

Frédérique Godet

Autrice de Mes règles à moi !

L'aiguillon-sur-vie

Expliquer les premières règles peut être, pour certains, père comme mère, ou adulte référent, un moment délicat.

Voir ce témoignage
Photo-Carlie-COPOL
 Guadeloupe

Carlie COPOL

Fondatrice de My Otantik Travel

Pointe à Pitre

Il n'y a pas d'échec, tout est expérience.

Voir ce témoignage
Photo-Femmes-Des-Territoires-
Révélez l’entrepreneure qui est en vous !
Je m'inscris