Ile-de-France
Marion Canale
co-fondatrice Cearitis, Paris

Entourez-vous et faites-vous accompagner pour poser les fondations de votre entreprise

Portrait complet de Marion Canale

  Ile-de-France
Marion Canale
co-fondatrice CearitisParis

Entourez-vous et faites-vous accompagner pour poser les fondations de votre entreprise

Les biotechnologies au service de l’arboriculture avec Marion Canale, co-fondatrice de Cearitis

 

C’est une histoire familiale qui a donné naissance à Cearitis. Marion Canale et sa cousine Solena Canale Parola ont été confrontées aux difficultés de leurs grands-pères oléiculteurs face à la lutte contre les ravageurs. En créant Cearitis, elles ont souhaité trouver une alternative écoresponsable aux insecticides pour éviter des pertes trop importantes aux arboriculteurs·rices. Quand l’envie d’exploiter ses compétences professionnelles rejoint la volonté d’aider ses proches : voici le parcours entrepreneurial inspirant de Marion Canale !

 

À quel moment de votre parcours avez-vous eu l’idée de créer votre entreprise ?

 

J’étais très jeune quand l’idée m’est venue. En deuxième année d’école d’ingénieur·es en biotechnologies, j’ai choisi d’axer un projet d’étude sur cette problématique que connaissaient mes grands-parents. À l’époque ils étaient toujours oléiculteurs en Italie et ils avaient vu leur récolte détruite par la mouche de l’olive. Dès 2017, j’avais ce projet en tête. Il m’a fallu un peu de recul et de réflexion pour prendre la décision de créer Cearitis avec ma cousine qui faisait des études de marketing et de communication. En mars 2020, notre entreprise Cearitis est née !

 

 

L’entrepreneuriat a donc été une évidence ?

 

Oui, en effet. Le timing était parfait pour se lancer ! De plus, nous avons eu la chance d’être soutenues par nos familles pour le démarrage de l’activité et la création de notre start-up.

 

Quels sont les défis que vous avez dû relever dans cette aventure entrepreneuriale ?

 

Au départ, nous étions concentrées sur la partie technologique de notre solution. Au point d’en être aveuglées et de ne pas percevoir l’importance des financements. Le premier défi a donc été d’augmenter nos fonds propres, de trouver des subventions et des prêts bancaires. Peu à peu, nous avons agrandi l’équipe et recruté des collaborateur·rice·s aligné·e·s avec nos valeurs. Passer d’une entreprise de deux personnes à une dizaine implique de structurer son fonctionnement. Le management d’équipe a été un second défi à relever !

 

Vous évoquez les valeurs de votre entreprise : quelles sont-elles ?

 

En ce qui concerne notre activité et nos produits, nous veillons à la qualité de nos fournisseurs et de nos partenariats. Nous restons notamment attentives à leur démarche RSE. En interne, l’humain est au centre de nos problématiques. Nous tenons compte des besoins de nos collaborateur·rice·s, de nos partenaires et de nos client·e·s.

 

Qu’est-ce qui vous fait vibrer au quotidien dans votre activité ?

 

Constater que les décisions que l’on prend s’appliquent de suite. Il n’y a aucun délai entre la réflexion stratégique, la décision et l’exécution. Les résultats sont rapidement visibles. C’est motivant et enrichissant !

Je trouve aussi que l’autonomie, même si elle est parfois contraignante, se révèle surtout très valorisante et stimulante.

 

Quels rôles jouent les réseaux d’entrepreneur·es dans le développement de Cearitis ?

 

Nous avons tout d’abord été accompagnées par le réseau Entreprendre.

 

Cela nous a aidées à poser les bases comptables, RH et stratégiques de notre entreprise.

 

Nous avons ensuite intégré plusieurs réseaux qui nous permettent d’échanger avec des acteur·rice·s de la tech et d’autres start-up. C’est essentiel à tous points de vue ! Nous faisons partie du technopôle de l’Arbois et bénéficions du réseau de la pépinière d’entreprise. Nous avons aussi le label Greentech Innovation qui nous permet de rencontrer d’autres entreprises qui œuvrent dans le développement durable. Enfin, nous participons aux événements du collectif French Tech d’Aix-Marseille.

 

Pour finir, quel message aimeriez-vous transmettre à une femme qui se lance dans l’entrepreneuriat ?

 

Si vous souhaitez créer une start-up pour développer un projet innovant, ne vous lancez pas seule ! Entourez-vous et faites-vous accompagner pour poser les fondations de votre entreprise.

 

En maîtrisant les différentes étapes de la création, vous évitez de sombrer dans des angoisses insurmontables. Ensuite, je conseillerais d’être vigilante sur le choix de votre associé·e si vous vous lancez à deux. Vous devez pouvoir compter sur votre partenaire quoi qu’il arrive !


Contacter et suivre Marion Canale


Un portrait rédigé par Marie-Hélène DOS SANTOS
7
Révélez l’entrepreneure qui est en vous !
Je m'inscris

Découvrir d'autres portraits

 Grand Est

Hélène Mancinelli

Fondatrice de Als@ce Connect

HATTEN

Osez voir grand et loin !

 Hauts-de-France

Juliette Boyet

Fondatrice de Mes petites baigneuses

Laventie

C’est une belle aventure qui vaut la peine d’être vécue !

 Nouvelle-Aquitaine

Karine Larrue

Gestionnaire de patrimoine Karine Larrue

La Réole

J’ai la fibre pour entreprendre

 Grand Est

Hélène Mancinelli

Fondatrice de Als@ce Connect

HATTEN

Osez voir grand et loin !

Voir ce portrait
 Hauts-de-France

Juliette Boyet

Fondatrice de Mes petites baigneuses

Laventie

C’est une belle aventure qui vaut la peine d’être vécue !

Voir ce portrait
 Nouvelle-Aquitaine

Karine Larrue

Gestionnaire de patrimoine Karine Larrue

La Réole

J’ai la fibre pour entreprendre

Voir ce portrait
7
Révélez l’entrepreneure qui est en vous !
Je m'inscris