Ile-de-France
Justine Le Barch
Fondatrice de La Banlieusarde, VILLEPARISIS

Fière d’être banlieusarde

Portrait complet de Justine Le Barch

  Ile-de-France
Justine Le Barch
Fondatrice de La BanlieusardeVILLEPARISIS

Fière d’être banlieusarde

« Fière d’être banlieusarde et des savoir-faire présents sur mon territoire ».

 

Justine Le Barch propose à ses client·e·s des conseils en communication de marque allant de l’approche stratégique à la création d’identité visuelle, en passant par la conception de sites web et des opérations marketing digital.

Et elle n’a pas choisi le nom de son agence La Banlieusarde® au hasard : née à Villeparisis et ayant grandi dans une famille où l’esprit entrepreneurial coule dans les veines, elle a ancré sa société dans la maison familiale.

Résiliente et déterminée, elle s’est affirmée dès ses études et jusqu’à la création de son entreprise. Passionnée par les tendances sociétales, l’équitation, l’art et maman de deux enfants, Justine a 37 ans et retrace son aventure entrepreneuriale.

 

Justine, peux-tu nous raconter les grandes lignes de ton parcours : de ta formation jusqu’à maintenant.

 

Après le bac, je me suis dirigée vers la communication. J’étais timide et réservée, donc on m’a regardée avec de grands yeux. J’ai d’abord obtenu un BTS Communication au sein d’une école boulevard Raspail à Paris, renommée au niveau national. Il y régnait un certain chic parisien.

Et on m’a tout de suite étiquetée comme « la banlieusarde », au fond de la classe avec une autre de mes camarades venant de l’extra-banlieue parisienne tout comme moi. Nous étions déterminées à vouloir exceller et nous démarquer dans les projets créatifs de publicité que nous rendions à nos professeurs.

 

Puis, j’ai enchaîné sur un master Marque et Management de l’Innovation à L’ISCOM, école supérieure de communication et publicité à Paris.

Après mes études, j’ai travaillé dans une entreprise que j’ai rapidement quittée, car j’étais confrontée à des questions de lobbyisme. J’ai donc renoncé à de belles missions pour des marques internationales, et je suis partie dans une agence de communication parisienne de plus petite taille.

Pendant plus de sept ans, j’y étais directrice de projet communication et web. Je m’occupais de gérer la conception et la production des sites internet et des opérations de communication globale pour des entreprises et start-up de toutes tailles.

 

Et en 2020, tu as créé La Banlieusarde®. Quel a été le déclic ?

 

Après onze ans de salariat, je me sentais un peu bridée. J’avais envie de me former dans le côté plus technique de la communication. À la naissance de mon deuxième enfant, j’ai vraiment eu besoin de prendre le large. En même temps, mes parents voulaient vendre leur maison, car ils arrivaient tous les deux à l’âge de la retraite.

De mon côté, avec ma famille, nous habitions dans un appartement à Aulnay-sous-Bois, en banlieue parisienne. J’ai donc proposé à mes parents de racheter cette maison, qui a beaucoup de valeur sentimentale pour moi.

Elle a été construite par mon grand-père en 1947. Nous avons donc emménagé ici et j’ai souhaité y installer mon agence. C’était déjà une manière de revendiquer ma fierté d’être banlieusarde. En mars 2020, je me suis lancée comme auto-entrepreneuse.

Puis, j’ai déposé les statuts à l’automne suivant, pour créer une entreprise qui est devenue La Banlieusarde®. Mon agence de communication répondait à un besoin qui était aussi le mien : le retour en banlieue, arrêter les transports en commun et travailler avec les entreprises locales. Aujourd’hui, je suis salariée de mon entreprise et j’ai monté une équipe. À ce jour, ma team est 100% féminine, composée de 3 femmes expertes en communication globale et digitale.

 

Quand on se lance dans l’entrepreneuriat, il y a fatalement des moments de doute, des mauvaises surprises. Qu’aurais-tu aimé savoir avant ?

 

Au début, j’ai eu du mal à trouver un·e expert·e-comptable et c’est toujours quelque chose de difficile pour mon entreprise : la gestion financière et la comptabilité.

J’aurais aimé un meilleur accompagnement pour me projeter, qu’on m’explique les anticipations de charges, de taxes, les provisions à estimer pour renforcer la vision et la gestion sur le long terme.

Pour le reste, j’avais déjà conscience des difficultés inhérentes à l’entrepreneuriat, car je viens d’une famille d’entrepreneur·e·s. Par exemple, je savais que le recrutement était un sujet compliqué. C’est toujours le cas aujourd’hui, d’autant plus lorsqu’on est une petite structure située en extra-banlieue parisienne.

 

As-tu aussi vécu de bonnes surprises ?

 

Oui ! La découverte de mes ressources. Je pouvais me faire confiance, je savais faire plein de choses. Aujourd’hui, c’est impossible d’imaginer revenir au salariat. Cette expérience m’a permis de m’affirmer. Certaines phrases qu’on m’avait dites quand j’étais stagiaire ont résonné.

Comme celle-ci : « Tu as plein d’idées Justine, il faut te faire confiance et affirmer tes convictions. ». Quand on est entrepreneure, on est plus libre. On doit aussi accepter de ne pas convenir à tout le monde.

On peut choisir ses partenaires et ses clients. Si ça ne marche pas, on peut prendre la décision d’arrêter la relation professionnelle. L’aventure entrepreneuriale est une réelle source d’épanouissement personnel et de liberté.

 

 

Porteur·euse·s de projets, start-up, artisan·e·s, indépendant·e·s, entreprises industrielles, etc. Comment as-tu défini ton public cible ?

 

Durant mon parcours de salariée, j’ai principalement travaillé pour des entreprises nationales et internationales mais à mon compte, j’avais envie de me tourner vers de plus petites structures qui ont souvent moins accès à une communication globale.

Le plus souvent pour ces structures, une personne en freelance s’occupe de leur site internet et l’imprimeur du coin réalise des flyers. Et c’est tout. Ces structures locales sont rarement en lien avec une agence, pour réfléchir à un parti pris stratégique, à un positionnement et une communication de marque.

Dans ma ville de Villeparisis, certaines entreprises, familiales et sur plusieurs générations, ont une renommée nationale, voire internationale. Mais personne ne les connaît au niveau local ! Mon travail, c’est donc de les aider à entrer en contact avec leur territoire et mieux faire rayonner leur savoir-faire si singulier.

 

Qu’est-ce que ton territoire t’a apporté dans ta création d’entreprise ?

 

Dès le lancement, mon territoire m’a inspiré et le nom de marque La Banlieusarde® a fait écho. De 2019 à 2023, j’ai été accompagnée par la BGE dans le cadre du programme #EntrepreneurLeader.

J’ai pu travailler une vision d’entreprise sur cinq, dix, vingt ans. J’ai aussi animé des ateliers avec la CCI Seine-et-Marne (Chambre de commerce et d’industrie) pour mieux accompagner les entreprises du territoire face aux enjeux du numérique. J’ai eu l’opportunité d’inscrire l’agence et d’obtenir, en 2022, le label « Prestataire Numérique de Qualité » de la CCI Paris IDF.

J’ai également été soutenue par France Active pour un prêt d’honneur. Et aujourd’hui, j’ai le soutien de mon agglomération : je fais partie des ambassadeur·drice·s nommé·e·s pour soutenir le territoire de Roissy-Pays-de-France.

 

 

Et tu es coordinatrice de l’antenne de Roissy-en-France pour Femmes des Territoires…

 

Quand j’ai créé mon entreprise en 2020, on m’a rapidement parlé de Femmes des Territoires. Je suis devenue membre de l’antenne de Chelles en janvier 2021. Au départ, je n’étais pas très attirée par cette étiquette : « entre femmes ». Je ne voyais pas pourquoi c’était important.

Finalement, ça a été une révélation ! L’association m’a permis d’apprendre beaucoup et de recevoir du soutien moral. Dans mon travail, je propose des montages de sites internet, une tâche souvent associée aux hommes.

J’ai souvent droit, lors de réunions, à des remarques du genre : « C’est vous qui montez les sites ? » ou encore « Ma p’tite dame, vous êtes la stagiaire ? » L’image d’une femme dans le milieu de la tech et du web doit encore progresser… Et j’ai réalisé qu’entre créatrices d’entreprises et dirigeantes, on partage ces problématiques.

 

Fin 2023, je me suis positionnée pour lancer une nouvelle antenne sur le territoire de Roissy-en-France et je suis devenue coordinatrice bénévole. Je m’occupe du planning, du programme et je soutiens l’entrepreneuriat des femmes. Ça nécessite un engagement que je prends à cœur.

Femmes des Territoires, ce n’est pas pour faire joli, c’est une cause importante. Nous comptons déjà plus de vingt membres inscrites et nous avons le soutien de l’agglomération. C’est un nouveau challenge engagé, qui réuni mon attachement à mon territoire et les valeurs de l’entrepreneuriat féminin dont je fais partie


Contacter et suivre Justine Le Barch


Un portrait rédigé par Cécile Galvak
7
Révélez l’entrepreneure qui est en vous !
Je m'inscris

Découvrir d'autres portraits

 Grand Est

Hélène Mancinelli

Fondatrice de Als@ce Connect

HATTEN

Osez voir grand et loin !

 Hauts-de-France

Juliette Boyet

Fondatrice de Mes petites baigneuses

Laventie

C’est une belle aventure qui vaut la peine d’être vécue !

 Nouvelle-Aquitaine

Karine Larrue

Gestionnaire de patrimoine Karine Larrue

La Réole

J’ai la fibre pour entreprendre

 Grand Est

Hélène Mancinelli

Fondatrice de Als@ce Connect

HATTEN

Osez voir grand et loin !

Voir ce portrait
 Hauts-de-France

Juliette Boyet

Fondatrice de Mes petites baigneuses

Laventie

C’est une belle aventure qui vaut la peine d’être vécue !

Voir ce portrait
 Nouvelle-Aquitaine

Karine Larrue

Gestionnaire de patrimoine Karine Larrue

La Réole

J’ai la fibre pour entreprendre

Voir ce portrait
7
Révélez l’entrepreneure qui est en vous !
Je m'inscris